Quelle prise en charge psychologique dans l’après cancer ?

Image

Le corps médical est de plus en plus conscient des séquelles psychologiques qu’occasionne un traitement anticancéreux. Même après une rémission, une personne peut avoir du mal à se réjouir de sa nouvelle situation.

Une prise en charge psychologique accompagnant le patient dans sa nouvelle vie est donc indispensable après un cancer.

L’après cancer, ses impacts psychiques et séquelles physiques

Il faut accepter le constat suivant : l’annonce de la rémission d’un cancer produit chez les patients des sentiments et des émotions contradictoires.

La joie d’être guéri, à laquelle chacun aspire, est bien là. Finis les traitements éprouvants et les allers-retours à l’hôpital : on peut reprendre sa vie d’avant !

 

Pourtant, le risque de rechute demeure menaçant ; le sentiment de vulnérabilité et de manque de contrôle face à la maladie plane toujours. Et un nouveau stress apparaît : celui de devoir reprendre une vie normale alors qu’elle ne l’est plus.

 

La psycho-oncologie prend en considération toutes ces émotions qui sont normales. Dans son référentiel de janvier 2013 intitulé « Quelle prise en charge psychologique dans l’après cancer ? », la Société Française et Francophone de Psycho-Oncologie cite les séquelles physiques qui peuvent en découler : infertilité, troubles cognitifs ou sexuels, fatigue, douleurs ou encore refus de son image corporelle.

 

La SFFPO a réalisé des statistiques confirmant que ces séquelles peuvent persister chez 50% des patients atteints de cancer. Pour les professionnels de santé, le confort moral de ces derniers est un des objectifs à atteindre. Prévention et réduction de la souffrance psychologique sont donc incluses dans le projet de soins au-delà de la rémission.

Un soutien psychologique adéquat

Dans le cadre de l’accompagnement personnalisé des soins et d'une consultation psychologique, les membres de l’équipe soignante ont pour mission d’écouter et de soutenir psychologiquement les patients.

 

Se tourner vers une équipe médicale de spécialistes sera tout de même recommandé. Des psychologues et psychiatres sont spécifiquement formés pour accompagner et aider les personnes remises d’un cancer à gérer leurs difficultés quelles qu’elles soient.

 

Ces psycho-oncologues utilisent différentes techniques pour vous aider à communiquer et exprimer vos angoisses en toute simplicité.

 

Contrairement à une thérapie, ils réfléchiront avec vous sur la maladie, son avant et son après ; ils vous aideront à comprendre douleurs physiques et souffrance morale. A votre écoute, ils vous permettent de partager tout en vous donnant des conseils sur la manière dont vous pouvez aborder l’avenir. Si une structure psychologique existe dans l’hôpital où vous avez été pris en charge, un rendez-vous vous sera généralement proposé.

 

L’avantage c’est que vous pourrez également bénéficier des compétences d’autres professionnels. N’hésitez pas à accepter l’utilisation de l’art-thérapie, de la musicothérapie ou encore de la relaxation pour vous détendre.

Mais vous êtes tout à fait libre de choisir une consultation dans un cabinet indépendant. Ces rendez-vous peuvent être pris en charge à 100%, selon le lieu où ils se tiennent.

Le rôle des proches dans l’après cancer

Gérer la réaction de ses proches peut également devenir source d’angoisse pour les personnes anciennement atteintes de cancer. La situation veut que la joie et le bonheur se lisent sur leur visage, notamment dans le cas d’un traitement long de la maladie.

 

Le contraire conduit souvent à une incompréhension, comme en témoignent de nombreux patients sur le site internet de la Ligue contre le cancer. D’où la possibilité d’un accompagnement psychologique réservé à l’entourage.

Quelle prise en charge psychologique dans l’après cancer ?